12.10.2017, 00:01  

Les élus romands volent au secours du foie gras

Abonnés
chargement
Plusieurs conseillers aux Etats ont volé au secours du foie gras.

 12.10.2017, 00:01   Les élus romands volent au secours du foie gras

Par Philippe Boeglin

PROTECTION DES ANIMAUX - Des conseillers aux Etats, socialistes compris, veulent modifier une motion PS qui interdirait l’importation de ce produit.

Le foie gras n’a pas encore gavé le Parlement fédéral, mais il ne le laisse pas indifférent. Dès aujourd’hui, il figure au menu des discussions de la commission de la culture du Conseil des Etats, et il tentera d’y sauver sa peau. Les sénateurs se pencheront sur une motion du conseiller national socialiste Matthias Aebischer (BE), qui veut «interdire...

Le foie gras n’a pas encore gavé le Parlement fédéral, mais il ne le laisse pas indifférent. Dès aujourd’hui, il figure au menu des discussions de la commission de la culture du Conseil des Etats, et il tentera d’y sauver sa peau. Les sénateurs se pencheront sur une motion du conseiller national socialiste Matthias Aebischer (BE), qui veut «interdire l’importation de produits provenant d’animaux ayant subi de mauvais traitements». Le texte vise aussi le foie gras. Alarmés, plusieurs conseillers aux Etats volent à son secours. Signe distinctif: ils sont tous Romands! Voilà qui ne manque pas de sel, et qui fait voir à certains un «foie gras-Graben» (en référence au «Röstigraben»).

Rien d’étonnant en somme, ce mets étant davantage prisé à l’ouest de la Sarine. Impression appuyée par la chaîne de magasins Globus, qui confirme «écouler proportionnellement plus de foie gras en Suisse romande», une spécialité produite en garantissant le respect des animaux.

Une exception

Au Parlement fédéral, c’est un peu la dernière qui sonne pour cette tradition culinaire. Le National a déjà adopté la motion en juin, par 97 voix contre 77, et 17 abstentions. Une approbation des Etats sonnerait donc le glas de tous les produits ciblés par le texte. De quoi attirer l’attention sur les recommandations de la commission préparatoire.

Les amateurs de foie gras retiennent leur souffle. Selon toute vraisemblance, ils devront remettre leur sort dans les mains de Géraldine Savary (PS). La Vaudoise prévoit de soumettre un amendement instaurant une exception pour le foie gras, afin de le protéger de toute interdiction d’importation. C’est ce qu’elle a dit à son camarade, le motionnaire Matthias Aebischer, nous indique ce dernier – Géraldine Savary n’ayant pas pu être jointe hier.

La socialiste se muera en porte-voix de la Suisse francophone. «Plusieurs conseillers aux Etats romands, de tous partis, m’ont dit qu’ils ne voteraient pas oui, si le foie gras était frappé d’interdiction d’importation», rapporte Matthias Aebischer. «Je préférerais naturellement que ma motion passe telle quelle, mais si une exception est introduite pour le foie gras, je peux faire avec.»

«Foie gras-Graben» pas si tranché

Si les quatre Romands de la commission font bloc, l’exception pour le foie gras pourrait passer la rampe. A une condition: que les trois PLR alémaniques votent dans le même sens, et suivent ainsi leurs coéquipiers du National. Cela assurerait une majorité, la commission comptant treize membres.

Mais cela ne signerait pas la fin de l’histoire: la motion repasserait au Conseil national, qui devrait adouber ou rejeter le texte modifié. Les mangeurs de foie gras devraient donc espérer que de nombreux conseillers nationaux changent d’avis par rapport à leur première décision. Un revirement reste envisageable: plusieurs députés romands – dont le PDC Guillaume Barazzone (GE), contacté hier – regrettent leur vote du mois de juin. Ils arguent n’avoir pas su que le foie gras était visé. D’autres, au contraire, disent s’être prononcés en connaissance de cause, à l’image d’Isabelle Chevalley (PVL/VD) ou de Pierre-Alain Fridez (PS/JU).

Le «foie gras-Graben» n’est donc pas si tranché. A cet égard, une association romande, Stop gavage suisse, prie les conseillers aux Etats de ne pas fléchir devant le foie gras. Dans une lettre à la commission, elle déplore qu’en Suisse «la pratique du gavage des oiseaux est interdite depuis 1978, mais que ses produits continuent d’être importés en toute légalité».

Le débat autour du foie gras en a jusqu’ici occulté un autre, lié à la motion Aebischer. La viande casher, consommée par une partie de la communauté juive, se trouve théoriquement dans le viseur. «Ce serait une catastrophe, et violerait la liberté de religions et le respect des minorités», s’alarme Guillaume Barazzone.

Matthias Aebischer semble avoir entendu son appel. «On introduira par après une exception pour la viande casher si la motion passe.»


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top