07.12.2017, 00:01  

Le groupe UDC manifeste sans autorisation au National

Abonnés
chargement
A l’occasion des 25 ans du non à l’Espace économique européen, Christoph Blocher avait fait le déplacement à Berne.

 07.12.2017, 01:06   Le groupe UDC manifeste sans autorisation au National

Par ats

Le groupe UDC a entonné, hier matin, l’hymne national dans la salle du Conseil national pour marquer le 25e anniversaire du «non» à l’Espace économique européen. La manifestation, non autorisée, a entraîné un rappel à l’ordre du président Dominique de Buman.

Arborant de grandes bannières où il était inscrit «Merci la Suisse», les conseillers nationaux UDC ont chanté peu...

Le groupe UDC a entonné, hier matin, l’hymne national dans la salle du Conseil national pour marquer le 25e anniversaire du «non» à l’Espace économique européen. La manifestation, non autorisée, a entraîné un rappel à l’ordre du président Dominique de Buman.

Arborant de grandes bannières où il était inscrit «Merci la Suisse», les conseillers nationaux UDC ont chanté peu avant 8h sous la direction de leur président de parti, Albert Rösti. La gauche a vivement réagi, montre la vidéo relayée sur le site du Blick.ch.

Appel au respect

«Fascistes», a tempêté Manuel Tornare (PS/GE). «C’est inadmissible, c’est intolérable, c’est l’occupation du Parlement comme en Ukraine, comme en Russie», a-t-il précisé. Son collègue Corrado Pardini (PS/BE) a lui aussi appelé au respect du Parlement. Le président du National Dominique de Buman (PDC/FR) a réagi quelques heures plus tard par un rappel à l’ordre officiel. «Comme président, je me permets de vous rappeler que les locaux du Palais du Parlement servent aux activités du Conseil national et du Conseil des États.» La salle du Conseil national est réservée aux délibérations parlementaires. Eu égard à la solennité des lieux, les manifestations ne sont pas autorisées sans autorisation du président du Conseil. La manifestation de l’UDC n’avait pas été autorisée.

«J’en appelle à chacun d’entre vous de respecter la dignité des lieux dont nous sommes les garants.» La remise à l’ordre du président du Conseil a valeur générale. Dominique De Buman a du coup refusé la parole au chef de groupe UDC Thomas Aeschi qui aurait voulu monter à la tribune. ats


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top