02.11.2017, 00:01  

Jérémie Toedtli confronté à un virage à bien négocier

Abonnés
chargement
Jérémie Toedtli en pleine action.

 02.11.2017, 00:01   Jérémie Toedtli confronté à un virage à bien négocier

Par mathieu roduit

AUTOMOBILISME - Le pilote colombinois aimerait franchir un palier l’année prochaine.

A la tombée de la nuit, samedi dernier, Jérémie Toedtli s’extirpe de sa Skoda R5 la rage au ventre. Le pilote neuchâtelois vient de passer par tous les états d’âme sur le Rallye du Valais, ultime course de sa saison. Dans la matinée, le jeune Colombinois grimpait pourtant dans la hiérarchie après les abandons d’Olivier Burri et de Kevin...

A la tombée de la nuit, samedi dernier, Jérémie Toedtli s’extirpe de sa Skoda R5 la rage au ventre. Le pilote neuchâtelois vient de passer par tous les états d’âme sur le Rallye du Valais, ultime course de sa saison. Dans la matinée, le jeune Colombinois grimpait pourtant dans la hiérarchie après les abandons d’Olivier Burri et de Kevin Abbring, le leader provisoire. «En plus, j’ai réalisé le scratch sur la longue spéciale des Cols, la plus compliquée du rallye avec des parties sur la terre.»

Avant de s’élancer sur la dernière ES, un commissaire de course monte à sa hauteur et lui apprend qu’il a écopé de deux minutes de pénalité pour des pointages en avance... la veille. Résultat, Jérémie Toedtli dégringole au 4e rang final. «Je n’y croyais pas et j’ai eu beaucoup de peine à l’accepter.» Troisième sur l’asphalte valaisan l’an dernier, Jérémie Toedtli visait un résultat similaire cette saison. «Les commissaires auraient pu entrer en matière et enlever au moins une des deux minutes de pénalité», estime-t-il.

Il a goûté au WRC

La déception rangée au garage, Jérémie Toedtli sait relativiser: il a vécu l’une de ses plus belles saisons. Dixième du championnat de Suisse, le pilote de Colombier a surtout participé à deux manches du championnat du monde (WRC), à savoir le Tour de Corse (12e) et le Rallye d’Espagne (22e) début octobre. «J’ai pu vivre en immersion dans le monde de la R5», jubile-t-il. «Cela m’a permis d’apprivoiser la voiture et de me faire connaître.»

Car, si Jérémie Toedtli entend décrocher un volant au plus haut niveau, il ne pourra se contenter de courir en Suisse. «Pour devenir un pilote mondial, il faut rouler des manches en WRC», explique le garçon de 23 ans. «Des résultats en championnat de Suisse n’intéressent pas les constructeurs.»

En WRC, le Neuchâtelois tâte clairement un autre univers. De quoi engranger une expérience salvatrice dans sa jeune carrière. «En Espagne, j’ai par exemple découvert les sensations de rouler sur la terre avec une 4 roues motrices.» En Corse, ce sont même des pilotes de niveau mondial qui ont entendu vrombir le moteur de Jérémie Toedtli juste derrière eux. «Sur certaines spéciales, je n’étais qu’à cinq dixièmes des pilotes officiels.»

Le potentiel du jeune diplômé en ingénierie n’est plus à démontrer. Reste qu’obtenir un volant relève un peu du parcours du combattant. «Ce qui pêche, c’est le budget», raconte le pilote, actuellement en recherche d’emploi. «Alors, je ne sais pas ce que je vais faire la saison prochaine. Il faudra se mettre autour d’une table et discuter.»

Fidèle au copilote

Parce que Jérémie Toedtli a de l’ambition, il se montre prévenant. «Aujourd’hui, je dois choisir une voie d’avenir pour les deux ou trois prochaines saisons. Qu’est-ce qui sera judicieux pour progresser le plus?»

Du véhicule à l’équipe, tout pourrait faire peau neuve en 2018. Seul son copilote au Rallye du Valais, le Français Alexandre Chioso, est presque assuré de poursuivre l’aventure. «Nous avons disputé une dizaine de rallyes ensemble et l’entente est très bonne», se réjouit Jérémie Toedtli.

«Mais actuellement, j’ai plus d’interrogations que de réponses», coupe-t-il, avec un soupçon d’inquiétude. Son programme, il ne le connaîtra que lorsqu’il aura un volant entre les mains. Les places sont chères, mais à 23 ans, Jérémie Toedtli a encore toute la route devant lui.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top