12.08.2017, 00:01  

Label européen confirmé

Abonnés
chargement
1/8  

 12.08.2017, 00:25   Label européen confirmé

Par alexandre lachat

ATHLÉTISME L’optimisme règne chez les Suisses à une année de Berlin.

La campagne s’était avérée fameuse, fantastique, mais pas tout à fait inattendue.

Il y a 13 mois à Amsterdam, la délégation suisse aux championnats d’Europe 2016, avec 5 médailles à son actif – deux fois l’or pour Tadesse Abraham et l’équipe du semi-marathon, bronze pour Mujinga Kambundji sur 100m, Lea Sprunger et Kariem Hussein sur 400m haies –, avait...

La campagne s’était avérée fameuse, fantastique, mais pas tout à fait inattendue.

Il y a 13 mois à Amsterdam, la délégation suisse aux championnats d’Europe 2016, avec 5 médailles à son actif – deux fois l’or pour Tadesse Abraham et l’équipe du semi-marathon, bronze pour Mujinga Kambundji sur 100m, Lea Sprunger et Kariem Hussein sur 400m haies –, avait battu le record en cours jusque-là et qui datait de 1969: 3 médailles aux Européens d’Athènes (or et bronze pour Philippe Clerc sur 200m et 100m, argent pour Meta Antenen au pentathlon).

Treize mois plus tard, on s’y attendait, et à moins d’un exploit aujourd’hui des relayeuses, la Suisse va prendre congé des 16es championnats du monde sans la moindre médaille, Viktor Röthlin restant le dernier médaillé en date (bronze sur le marathon en 2007 à Osaka).

Souvent dans le top 8

N’empêche. S’il peine encore et toujours à trouver le chemin menant au podium mondial, l’athlète suisse s’en rapproche peu à peu, et Lea Sprunger l’a encore prouvé jeudi soir.

Depuis l’émulation créée par les championnats d’Europe de Zurich, en 2014, les vocations engendrées par une UBS Kids Cup (135 000 participants en 2016) lancée dans leur sillage, et le travail de détection et de formation menée aux seins des clubs, le sport olympique numéro 1, dans notre pays, ne repose plus, comme ces dernières décennies, sur un ou deux leaders uniquement.

Surtout, il est désormais très compétitif sur le plan européen. Le tableau ci-contre l’illustre à merveille: malgré les absences de Tadesse Abraham et Noemi Zbären, blessés, et avant même le relais 4x100m aujourd’hui, la Suisse, ici à Londres, est entrée à 12 reprises dans le top 8 européen de ces compétitions, et même 5 fois dans le top 3 grâce à Mujinga Kambundji (100m), Selina Büchel (800m), Lea Sprunger (400m haies), Fabienne Schlumpf (3000m steeple) et Kariem Hussein (400m haies)!

Outre ces cinq-là, Alex Wilson (100m), Salomé Kora (100m), Kambundji encore (200m), Sarah Atcho (200m), Petra Fontanive (400m haies), Nicole Büchler et Angelica Moser (perche) auraient, eux aussi, en théorie bien sûr, forcé les portes de la finale continentale. De quoi envisager sereinement les championnats d’Europe de Berlin, l’an prochain, même si une Petra Fontanive rangera définitivement ses pointes le mois prochain.

Et puis, ce qui ne gâte rien, cette équipe, dans sa majorité, est jeune, très prometteuse surtout, à l’exemple d’une Géraldine Ruckstuhl, 19 ans seulement mais déjà 11e pour ses premiers championnats du monde. «Si elle a la chance de rester en bonne Santé, je la crois capable d’arriver à 6600 points dans quelques années», nous confiait ainsi une Ellen Sprunger remplie d’admiration jeudi soir.

Le déclin de l’empire

L’éclosion de l’athlétisme helvétique sur la scène continentale, au-delà des seuls mérites de ses athlètes, dirigeants et entraîneurs, est aussi favorisée, c’est une évidence, par les difficultés rencontrées par certains pays, et non des moindres.

Sans même parler de la Russie, reléguée sur le banc de pénalité, l’Allemagne, la Grande-Bretagne et la France, face aux concurrents venus principalement d’Afrique, des Etats-Unis et des Caraïbes, n’affichent plus leur splendeur d’autrefois. Et, hier soir encore, l’Italie et l’Espagne attendaient vainement leur première médaille, à l’instar de la Finlande, gardienne du temple.

Dans douze mois à Berlin, le record établi l’an dernier à Amsterdam, que certains observateurs considéraient comme historique, pourrait bien n’avoir tenu que le temps de deux étés.

Qui réalisera le doublé à Londres?

Londres recherche toujours LA star des 16es Mondiaux, le champion des champions. Usain Bolt battu sur 100 m, Wayde van Niekerk sacré sur 400 m mais devancé sur 200 m, Allyson Felix seulement 3e sur 400 m, Genzebe Dibaba transparente, les superhéros ont été chahutés. Mais il en reste deux: Mo Farah et Almaz Ayana, en quête du doublé ce week-end.

Mo Farah Le Britannique a tout pour devenir la star absolue devant son public. Une nouvelle fois irrésistible au finish sur 10 000 m vendredi dernier, Mo Farah continue à intimider ses rivaux africains et s’élancera avec une longueur d’avance pour la finale du 5000 m, aujourd’hui. Une victoire lui apporterait un... cinquième doublé planétaire consécutif sur 5000-10 000 m, Mondiaux et JO confondus (CM 2013, 2015 et donc peut-être 2017, JO 2012 et 2016). Ce serait phénoménal. Mais le Britannique, invaincu depuis le 5000 m des Mondiaux de Daegu en 2011, a déjà réalisé une série unique sur les longues distances en remportant le 10 000 m d’ouverture (6e titre mondial d’affilée).

Almaz Ayana Presque aussi prévisible apparaît le doublé de l’Ethiopienne sur les mêmes distances. La pieuse et discrète athlète d’Afrique a survolé le 10 000 m en terminant avec... 320 m d’avance sur sa compatriote Tirunesh Dibaba, pourtant multiple championne du monde et olympique. Elle a encore affirmé sa force en séries du 5000 m jeudi mais devra se méfier en finale demain de la Kényane Hellen Obiri. L’an dernier aux JO de Rio, Ayana avait dominé le 10 000 m avant de connaître une petite défaillance (3e) sur le 5000 mètres.

la difficulté du sprint Pour les sprinters, ces championnats finalement très ouverts mettent en évidence la difficulté à enchaîner les tours. Bolt n’a pas réussi sa sortie sur 100 m mais aura une deuxième occasion, lors du 4 x 100 m d’aujourd’hui, de conquérir un 12e titre mondial. Allyson Felix (USA) peut dépasser Merlene Ottey et Bolt en gagnant une 15e voire une 16e médaille mondiale ce week-end lors des relais, tandis qu’Isaac Makwala, privé d’une médaille sur 400 m et seulement 6e du 200 m, sera avide de revanche avec les Botswanais sur 4 x 400 mètres. ats

La pause attendra

Lea Sprunger (Keystone) prévoit encore deux courses de 400 m haies cette saison: le 24 août au Weltklasse de Zurich et le 1er septembre à Bruxelles, pour la finale de la Ligue de diamant dans sa discipline. Elle n’abandonne pas l’espoir de battre le record national d’Anita Protti (54’’25).

Deux jours après sa 5e place en finale des Mondiaux à Londres (en 54’’59, 2e chrono de sa carrière), la Vaudoise est apparue radieuse et détendue. A défaut de médaille, elle a acquis la certitude d’être sur le bon chemin et d’avoir chassé ses démons. «J’ai appris à me concentrer sur moi-même et à être moins sensible à l’environnement en compétition. Avant, j’étais une éponge», a-t-elle dit. «Je ne suis plus la même athlète.»

Troisième ex æquo du classement provisoire de la Ligue de diamant, Lea Sprunger devrait, sauf grand chambardement, être qualifiée pour la finale des 8 meilleures à Bruxelles le 1er septembre. Mais c’est au Weltklasse, une semaine plus tôt, qu’elle compte d’abord s’illustrer, même si le 400 m haies ne sera pas à cette occasion estampillé «Ligue de diamant». ats

le coin tech

Finales des 4x100m, ce soir à 22h30 et 22h50. Les trois zones de transmission sont longues de 20 mètres, c’est à l’intérieur de celles-ci que le témoin doit absolument être transmis. Les 2e, 3e et 4e relayeurs ont la possibilité de prendre leur élan au maximum 10 mètres avant le début de la zone. Une équipe est-elle disqualifiée si elle laisse échapper le témoin? Non. Mais, s’il tombe, celui-ci doit être ramassé par l’athlète qui l’a fait tomber!

Les rangs des Suisses

demain

aujourd’hui

Epreuve Athlète Monde* Europe**

Epreuve Athlète Monde* Europe**

tours de piste

Malheureuse Büchel! Une malheureuse histoire de centièmes, une nouvelle fois. Il en a manqué 38 à Selina Büchel hier soir pour pouvoir obtenir un billet pour la finale du 800m de demain. En 2015 à Pékin, la Saint-Galloise avait loupé le bon wagon de 6 centièmes; l’an dernier, aux JO de Rio, pour quelque 3 dixièmes, comme hier, elle avait fini 9e et première non qualifiée. En 1’59’’85, la Suissesse a pris la 5e place de la deuxième des trois demi-finales, remportée par Caster Semenya (1’58’’90). La dernière qualifiée au temps, la Britannique Lynsey Sharp, 4e de cette deuxième demi-finale, et réintégrée dans le classement après avoir été dans un premier temps disqualifiée, a couru en 1’59’’47. «J’ai été incapable de passer la vitesse supérieure dans la dernière ligne droite, je n’avais plus de forces», a avoué la Toggenbourgeoise, 11e au final et tout de même 3e Européenne.

4 x 100 m suisse avec les usa Le relais féminin suisse jouera une place en finale ce matin, à 11h35, lors de la première série du 4 x 100m. Le quatuor helvétique a hérité du couloir 9 et sera notamment opposé aux Etats-Unis, à la Grande-Bretagne, à la France et aux Pays-Bas. «Je reconduirai l’équipe qui a battu le record de Suisse (réd: 42’’53) le 6 juillet à Lausanne», a annoncé hier le sélectionneur Ralph Mouchbahani. En clair: Ajla Del Ponte, Sarah Atcho, Mujinga Kambudji et Salomé Kora. L’espoir est permis: un chrono de 43’’0 environ devrait suffire pour entrer en finale. Les quatre filles en semblent capables.

100m Wilson 21 7

200m Wilson 25 10

400m H Hussein 8 3

100m Kambundji 10 2

Kora 22 8

200m Kambundji 10 4

Atcho 14 6

Halbheer 28 13

800m Büchel 11 2

3000m st. Schlumpf 16 2

400m H Sprunger 5 2

Fontanive 12 5

Giger 36 18

Perche Büchler 11 6

Moser 13 7

Heptathlon Ruckstuhl 11 10

Agnou 21 16

*Classement obtenu à Londres.

**Classement parmi les athlètes européens à Londres.

Note: manquent le relais 4x100m (aujourd’hui) et les épreuves de marche (demain).

8h45 50 km marche messieurs

8h45 50 km marche dames

13h20 20 km marche dames

15h20 20 km marche messieurs

20h00 Hauteur messieurs

20h10 Disque dames

20h35 5000 m dames

21h10 800 m dames

21h30 1500 m messieurs

21h55 4x400 m dames

22h15 4x400 m messieurs

20h05 Hauteur dames

21h05 100 m haies dames

21h15 Javelot messieurs

21h20 5000 m messieurs

21h45 Décathlon messieurs (1500 m)

22h30 4x100 m dames

(év. avec la Suisse)

22h50 4x100 m messieurs

11h35 4x100 m dames

(séries avec la Suisse)

11h55 4x100 m messieurs, séries

12h20 4x400 m dames

12h50 4x400 m messieurs


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top