13.10.2017, 18:17  

Vandalisme pendant les vacances: "Je vois beaucoup de jeunes désemparés"

Abonnés
chargement
Dans la nuit de lundi à mardi, des déprédations ont été commises à Evologia; la vitre d’un panneau didactique a notamment été brisée.

 13.10.2017, 18:17   Vandalisme pendant les vacances: "Je vois beaucoup de jeunes désemparés"

Déprédations en série - Après les déprédations à Boudry et Neuchâtel, c'est le site d'Evologia, à Cernier, qui a été la cible d'actes de vandalisme. Réaction de Daniel Favre, responsable prévention de la criminalité à la police neuchâteloise.

Cette période de vacances scolaires n’aura pas été de tout repos. Après la place de jeux à Boudry et l’arrêt de bus du temple des Valangines à Neuchâtel, c’est le site d’Evologia, à Cernier, qui a été la cible d’actes de vandalisme.

>> A lire aussi: Incivilités et trafic autour du temple des Valangines

Les faits se sont déroulés dans la nuit de lundi à mardi. Un ou plusieurs individus se seraient introduits dans le parc des dinosaures – exposition «Dinoworld»...

Cette période de vacances scolaires n’aura pas été de tout repos. Après la place de jeux à Boudry et l’arrêt de bus du temple des Valangines à Neuchâtel, c’est le site d’Evologia, à Cernier, qui a été la cible d’actes de vandalisme.

>> A lire aussi: Incivilités et trafic autour du temple des Valangines

Les faits se sont déroulés dans la nuit de lundi à mardi. Un ou plusieurs individus se seraient introduits dans le parc des dinosaures – exposition «Dinoworld» – en détériorant la barrière. Bilan: la vitre d’une colonne didactique cassée, une statue dans le jardin des sculptures détériorée et un panneau d’information tordu.

«Quelques milliers de francs de dégâts à charge de la société et toujours ce sentiment d’insécurité», relève, dépité, Jean-Luc Seiler, administrateur d’Evologia, site géré par le service cantonal de l’agriculture.

Les vandales ont détérioré la barrière en s'introduisant dans le parc des dinosaures. SP

Plainte déposée

«Même si les dégâts matériels ne sont pas très graves, nous avons porté plainte», poursuit Jean-Luc Seiler. Au regard des récents événements survenus à Boudry et Neuchâtel, il est important, à ses yeux, de montrer aux auteurs, qu’«on ne peut pas commettre des actes de vandalisme en toute impunité».

Responsable de la prévention de la criminalité à la police neuchâteloise, Daniel Favre convient qu’«il ne faut pas tourner la tête, mais nous ne devons pas non plus stigmatiser la jeunesse». Il tient par ailleurs à préciser qu’il est trop tôt pour faire un lien entre ces trois affaires. «A ce stade, nous n’avons pas d’éléments concrets, nous devons encore vérifier toutes les informations qui nous sont parvenues.»

«Perte des valeurs»

Le représentant des forces de l’ordre reconnaît toutefois que ces faits, tous survenus pendant les vacances, laissent entendre une certaine «oisiveté» chez les adolescents. Faudrait-il alors travailler davantage en amont, notamment au niveau de la prévention? Daniel Favre, qui intervient en classe auprès des jeunes, sait combien ce travail est long.

«Pour certains, il y a une perte des valeurs des biens publics et du respect des choses. Je vois beaucoup de jeunes désemparés. Ils sont en période de construction, et leur faire prendre conscience qu’ils peuvent s’opposer à l’influence du groupe n’est pas une tâche aisée. Il faut une grande estime de soi pour ne pas se faire entraîner par le groupe.»

«Etat de désinhibition»

Daniel Favre prend l’exemple des Valangines, où «la configuration des lieux est propice à la rencontre». L’alcool aidant, «ces jeunes se retrouvent dans un état de désinhibition qui peut accentuer le phénomène de bande». En manque de reconnaissance, l’ado entre alors dans un besoin de «se faire remarquer. Seul, il ne ferait rien».

Dans le cas de la place de jeux incendiée à Boudry, les flammes auraient pu atteindre la forêt. «L’acte lui-même est très grave, et il ne faut pas non plus minimiser les conséquences, qui auraient pu être terribles.» Et Daniel Favre d’ajouter que le facteur «émotionnel est très fort, il existe une sorte de proximité du délit».

Si ces trois affaires survenues en quelques jours semblent dévoiler une recrudescence des actes de vandalisme, les statistiques montrent pourtant le contraire. «Nous ne constatons pas d’augmentation. En revanche, ces faits augmentent le sentiment d’insécurité au sein de la population», conclut Daniel Favre.

La place de jeux à Boudry a été réduite en cendres. Photo Lucas Vuitel

Influence de la Toile

Les réseaux sociaux ont révolutionné le travail des enquêteurs. Commentaires et vidéos diffusés sur Internet sont une matière première pour la police. Arrive-t-il que les auteurs de déprédations et incivilités diverses publient leurs délits sur la Toile?

«Contrairement aux bagarres que les jeunes capturent sur leur smartphone, il n’en va pas de même pour les actes de vandalisme», relève Daniel Favre, responsable de la prévention de la criminalité à la police neuchâteloise. Et de préciser que les vandales connaissent les méthodes des forces de l'ordre, «ils se font donc plus discrets sur les réseaux sociaux».


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !

À lire aussi...

Val-de-RuzCernier: des vandales causent pour quelques milliers de francs de dégâts à EvologiaCernier: des vandales causent pour quelques milliers de francs de dégâts à Evologia

VandalismeBoudry: la place de jeux du collège de Vauvilliers détruite par le feuBoudry: la place de jeux du collège de Vauvilliers détruite par le feu

NeuchâtelIncivilités et trafic autour du temple des ValanginesIncivilités et trafic autour du temple des Valangines

Top