30.10.2017, 18:34  

Le logiciel Pronote révolutionne la communication à l'école

Abonnés
chargement
Elèves, enseignants et parents peuvent se connecter au logiciel Pronote via leur ordinateur, leur smartphone ou leur tablette.

 30.10.2017, 18:34   Le logiciel Pronote révolutionne la communication à l'école

Education - Depuis la rentrée d’août, deux centres scolaires du canton de Neuchâtel utilisent le logiciel Pronote. Nous vous présentons en sept points cet outil informatique qui devrait révolutionner la communication entre profs, élèves et familles.

Durant l’année 2017-2018, deux centres scolaires du canton de Neuchâtel utilisent le logiciel Pronote: l’école Jean-Jacques-Rousseau au Val-de-Travers, retenue comme collège pilote, et le cercle scolaire de Val-de-Ruz. En sept points, nous vous présentons les avantages de cet outil, censé faciliter la communication entre enseignants, élèves et parents.

1. C’est quoi Pronote?

«L’école doit travailler avec les...

Durant l’année 2017-2018, deux centres scolaires du canton de Neuchâtel utilisent le logiciel Pronote: l’école Jean-Jacques-Rousseau au Val-de-Travers, retenue comme collège pilote, et le cercle scolaire de Val-de-Ruz. En sept points, nous vous présentons les avantages de cet outil, censé faciliter la communication entre enseignants, élèves et parents.

1. C’est quoi Pronote?

«L’école doit travailler avec les outils d’aujourd’hui», relève Fabrice Sourget. Et pour le directeur du cercle scolaire de Val-de-Ruz (CSVR), le logiciel Pronote en fait clairement partie. Cet outil décentralisé offre une communication interne et externe, entre école, familles et élèves: horaires, notes, gestions des absences, devoirs, circulaires, informations diverses...

«Il y a aussi une messagerie intégrée», ajoute le directeur. Les utilisateurs ont chacun un mot de passe et un identifiant. Ils peuvent ainsi se connecter à Pronote via un ordinateur, une tablette ou un smartphone. Seul hic: il faut avoir un accès à internet. Or, au sein de l’école, les élèves n’ont pas cette possibilité – pour éviter toute dérive –, si ce n’est dans quelques espaces surveillés.

2. Dans quelles écoles est-il utilisé?

Le centre scolaire Jean-Jacques-Rousseau au Val-de-Travers – qui utilisait depuis plus de dix ans le module «gestion des absences» de Pronote – a été retenu par le canton comme collège pilote pour tester la gestion des absences aux cycles 1 et 2 via le logiciel Pronote durant l’année scolaire 2017-2018.

«Si un autre centre veut déjà l’utiliser, comme c’est le cas au Val-de-Ruz, il peut, pour autant que les dispositions légales soient appliquées. Il n’est toutefois pas suivi par l’Office de l’informatique scolaire et de l’organisation», remarque Jean-Claude Marguet, chef du Service de l’enseignement obligatoire (SEO). Par ailleurs, il précise que «l’utilisation de Pronote est une demande des communes et des directions des centres scolaires», et non du canton.

3. Quel intérêt pour les établissements?

Pourquoi le CSVR n’a-t-il pas attendu que le canton généralise Pronote? «Nous cherchions un outil pour répondre à nos besoins. Ce logiciel facilite la communication et donne une vision d’ensemble.» Et Fabrice Sourget de souligner que le CSVR rassemble 2200 élèves et 230 enseignants répartis dans quatorze collèges. «On se déplace beaucoup et, dans ce contexte, il faut des outils adaptés.»

Il précise en outre que le CSVR s’est appuyé sur le centre scolaire du Val-de-Travers, qui utilisait depuis des années Pronote. «Avant, en matière de communication et de suivi scolaire, chacun bricolait de son côté sur des fiches Word ou des documents Excel. Pronote offre un système d’information homogène. L’encadrement des élèves est ainsi renforcé.»

Pour Jean-Claude Marguet: «Avec Pronote, avant de prévoir un travail écrit, un enseignant peut voir si l’un de ses collègues en a déjà inscrit un le même jour. Une utilisation adéquate devrait permettre une meilleure organisation et aider à ne pas surcharger les élèves.» Pronote permet aussi de gérer les absences: «Le référentiel cantonal définit l’unité de comptage des absences: dans les années 1-7 à la demi-journée et à la période au cycle 3. Dans ce dernier cas, l’école peut voir si un élève manque toujours la même matière ou s’il est régulièrement absent le même jour.»

4. Quel intérêt  pour les parents?

Maman d’une ado de 13 ans, Valérie craint justement d’être trop sur le dos de sa fille. «J’ai l’impression de toujours surveiller si elle a fait ses devoirs ou si elle a été absente...»

Quant à Martine, mère de deux enfants de 9 et 11 ans, elle estime que Pronote représente un avantage certain. «Fini les circulaires volantes, toutes les informations sont désormais à la même place.» Le logiciel contribue ainsi à diminuer le papier. Fabrice Sourget fait cependant remarquer que ceux qui le souhaitent continuent de recevoir les informations par courrier.

Enfin, pour des familles recomposées par exemple: «Cela permet aux deux parents d’avoir accès aux informations scolaires simultanément», poursuit Jean-Claude Marguet.

5. Les élèves  l’ont-ils adopté?

Pour l’heure, aux dires de certains parents, les écoliers n’ont pas encore pris l’habitude d’utiliser Pronote. Pour les élèves des cycles 1 et 2, cela s’explique par leur jeune âge. En revanche, les plus grands ont de la peine à faire le pas. Il faut dire que les écoliers continuent de noter leurs devoirs dans leur agenda. «Inscrire les devoirs est une vraie démarche pédagogique», insiste Etienne Krebs, directeur du cycle 3 au CSVR.

6. Quelle différence avec le logiciel Cloee?

Beaucoup de parents confondent les logiciels Cloee et Pronote. Jean-Claude Marguet explique: «Cloee est une base de données qui gère le parcours scolaire de l’élève, alors que Pronote est notamment un outil de communication. Les deux logiciels sont complémentaires. L’un ne va pas remplacer l’autre. La sécurisation et la confidentialité des données sont garanties dans Cloee2 (qui est l’évolution de Cloee1) conformément aux dispositions relatives à la protection des données.»

7. Sera-t-il déployé dans d’autres écoles?

Si l’expérience au centre scolaire du Val-de-Travers est concluante, le logiciel Pronote pourrait être «généralisé dans tous les centres scolaires du canton dès août 2018», conclut Jean-Claude Marguet.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top