12.08.2017, 00:01  

Watt Air Jump, un challenge

Abonnés
chargement
1/5  

 12.08.2017, 00:01   Watt Air Jump, un challenge

Par jza

Test du slider, OK. Test du blob, le gros coussin aquatique, OK. Les cotons tiges gonflables sont en place. La slakline, installée. «Ce n’était pas évident, on en a passé du temps les pieds dans l’eau froide», raconte Timothée Voumard, l’organisateur du Watt Air Jump, qui a lieu ce week-end à Saint-Blaise. «Mais là, tout est fin...

Test du slider, OK. Test du blob, le gros coussin aquatique, OK. Les cotons tiges gonflables sont en place. La slakline, installée. «Ce n’était pas évident, on en a passé du temps les pieds dans l’eau froide», raconte Timothée Voumard, l’organisateur du Watt Air Jump, qui a lieu ce week-end à Saint-Blaise. «Mais là, tout est fin prêt. On a rempli notre mission!»

Malgré le mauvais temps d’hier – qui n’a pas rebuté les premiers festivaliers –, le responsable garde un esprit optimiste. Pour lui et sa troupe de bénévoles, la météo reste encore gérable. «Ce n’est pas comme la grosse tempête que l’on avait essuyée en 2015 et qui avait vraiment mis un coup au Watt Air Jump». L’intempérie avait d’ailleurs laissé une dette importante .

Un événement hybride

L’organisation de ce festival né en 2011 reste un véritable challenge pour l’équipe du Watt Air Concept, chacun remplissant notamment sa mission «à côté» d’un autre travail.

Seul concept du genre en Suisse, le Watt Air Jump est un événement hybride: à moitié musical et à moitié composé d’activités nautiques et de plein air.

Cette année, les organisateurs ont boosté leur offre. Sur le site: une slakline, des pédalos, des combats de sumos, une tyrolienne ou encore un système de traction de wakeboard. «On essaie de pousser au maximum ce qui nous fait plaisir», explique Timothée Voumard.

Pourtant, difficile d’être un événement tributaire de la météo. L’organisateur dit avoir eu une «petite larme pour le temps de vendredi», mais espère une suite radieuse. De toute façon, un plan B n’est pas envisageable maintenant que tout est monté.

Côté musique, les membres de l’association organisatrice ont préparé une programmation aux petits oignons. Toute l’année, le responsable artistique regarde un peu les tendances côté local, mais aussi les découvertes au-delà des frontières, tel que Kartell, un DJ français huppé à l’international. «On arrive à ramener une boîte de nuit mondiale sur la plage de Saint-Blaise, c’est quand même incroyable!», se réjouit le président du Watt Air Jump.

Le Watt Air Jump devrait tout de même attirer de nombreux participants ce week-end. «Car quoi de mieux que de se prélasser ou décuver sur une chaise longue, en musique?» conclut Timothée Voumard en riant. jza


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top