14.11.2017, 00:01  

Les Monts, le quartier où il pleut des oppositions

Abonnés
chargement
Tout nouveau projet de construction sur les Monts est systématiquement contré par des oppositions.

 14.11.2017, 00:01   Les Monts, le quartier où il pleut des oppositions

Par sYB

LE LOCLE - Le quartier des Monts est l’endroit de la ville où il est le plus difficile de développer des projets.

Où en est le projet des Malpierres sur les Monts, au Locle? La conseillère générale socialiste Corine Bolay Mercier a interrogé l’exécutif jeudi dernier. «Depuis de nombreuses années, le quartier des Monts se développe avec de nouvelles zones d’habitations», a-t-elle relevé. «Le groupe socialiste aimerait connaître ce qu’il est aujourd’hui du futur développement des Malpierres. Est-il toujours à...

Où en est le projet des Malpierres sur les Monts, au Locle? La conseillère générale socialiste Corine Bolay Mercier a interrogé l’exécutif jeudi dernier. «Depuis de nombreuses années, le quartier des Monts se développe avec de nouvelles zones d’habitations», a-t-elle relevé. «Le groupe socialiste aimerait connaître ce qu’il est aujourd’hui du futur développement des Malpierres. Est-il toujours à l’ordre du jour?»

Le projet des Malpierres supérieures a pris du retard en raison d’une opposition portant sur la future route d’accès qui doit conduire au lotissement, a indiqué le conseiller communal Cédric Dupraz. Le plan directeur a été modifié et une partie du projet sera déplacé en-dessous de la petite école. L’élu a d’ailleurs relevé une particularité des Monts: «Nous sommes confrontés régulièrement à des oppositions sur les Monts, plus que dans les autres secteurs de la ville. Comme pour le quartier des Dentellières, sur le quartier Procité, on en enregistre à chaque nouvelle construction, systématiquement.»

L’occasion de rappeler aussi, aux gens qui s’appuient sur l’argument du développement des Monts pour maintenir la crèche Etoile ouverte, que «le lien de causalité entre les projets immobiliers et la natalité n’est pas établi». L’élu a cité l’exemple du quartier de la Fiaz, ouvert il y a près de six ans. «Sur les 19 maisons individuelles, il n’y a eu que quatre naissances.»

Responsable du service de l’urbanisme au Locle, Cédric Dupraz a par ailleurs indiqué que les biens immobiliers à vendre n’étaient pas une denrée rare en ville. Il en a compté 280 disponibles, dont une quinzaine de villas individuelles, dans différents secteurs de la ville. «Le Locle a perdu 10% de sa population dans les années 1960, 20% dans les années 1970 et 30% après la crise des années 1990», a-t-il rappelé. «Elle n’a que légèrement augmenté, de 4%, depuis 2008.» sYB


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top