14.11.2017, 00:01  

Campings romands dans le vent

Abonnés
chargement
Ici, le camping de La Neuveville. Les jeunes dorment plutôt sous tente, et les retraités louent un emplacement pour camping-car à la saison.

 14.11.2017, 00:01   Campings romands dans le vent

Par adrian vulic

TOURISME - Swisscamps fait le bilan du succès des lieux de séjour en plein air.

Dans le courant de l’année 2017, 45 campings romands, dont quatre dans le Jura bernois, ont été inspectés par Swisscamps, l’association suisse des campings. À l’issue de l’évaluation de cette année, 14 sites de Romandie se sont vus retirer une étoile, contre seulement trois qui en ont gagné une. Constat étonnant lorsque l’on sait le marché du séjour en...

Dans le courant de l’année 2017, 45 campings romands, dont quatre dans le Jura bernois, ont été inspectés par Swisscamps, l’association suisse des campings. À l’issue de l’évaluation de cette année, 14 sites de Romandie se sont vus retirer une étoile, contre seulement trois qui en ont gagné une. Constat étonnant lorsque l’on sait le marché du séjour en plein air plutôt porteur.

Un secteur qui marche

Les propriétaires de campings ont, semble-il, de quoi se réjouir de leur situation. «Ça a été une très bonne année, grâce notamment à la Météo favorable. Et puis, les campings et les camping-cars sont à la mode en ce moment», confirme Marcel Zysset, président de la commission des qualifications de Swisscamps.

Les Suisses sont ceux que l’on retrouve le plus dans les campings du pays, particulièrement sur les places saisonnières. «Les touristes étrangers traversent plutôt le pays et ne restent que quelques nuits. Les Suisses, en revanche, restent plus longtemps sur place», témoigne Roland Matti, maire de La Neuveville et gérant du camping de Prêles.

Un constat que confirment d’ailleurs, les chiffres de l’Office fédéral de la statistique, selon lesquels 73% des nuitées sont souscrites par des Suisses. Une clientèle helvétique donc, mais qui peine à se rajeunir. «Pour les jeunes, les prix restent relativement élevés, et ceux-ci préfèrent souvent partir à l’étranger où les séjours sont moins chers», précise Marcel Zysset.

Clientèle plus exigeante

Si les campings romands sont légèrement moins bien notés qu’ils ne l’avaient été il y a cinq ans, c’est avant tout parce que la clientèle, comme la notation de Swisscamps, est devenue plus exigeante. «Certaines prestations auparavant anecdotiques sont maintenant devenues déterminantes pour les campeurs. L’offre wifi par exemple. C’est pourquoi nous notons plus sévèrement les emplacements», ajoute Marcel Zysset.

Une sévérité qui devrait, selon ce dernier, être perçue comme un encouragement à progresser plutôt que comme une sentence. «Comme le secteur fonctionne bien, les propriétaires rechignent parfois à se renouveler: les emplacements seront pleins, quoi qu’ils fassent. En les notant plus sévèrement, on pointe les améliorations à faire pour garantir une offre de qualité sur le long terme.»

Des propriétaires satisfaits

Swisscamps attribue donc à chaque camping un certain nombre d’étoiles, relatif aux infrastructures que le site propose. Une façon de mettre en évidence les avantages comme les lacunes de chacun et qui ne semble pas gêner les cinq propriétaires du Jura bernois, tous épinglés de 2 à 4 étoiles. «Swisscamps est qualifié pour nous noter, d’autant qu’il se contente de juger objectivement les infrastructures, pas le service», confie Gladys Geiser, propriétaire, avec son mari, du camping de Belfond, à Tavannes.

La collaboration avec l’association entraîne d’autres avantages. Celui, par exemple, de la mise en réseau des gérants et des propriétaires: «Ça permet de nouer le contact entre les différents campings. On partage des expériences, on s’entraide, on s’échange des clients lorsque l’on n’a plus de place. Il n’y a pas vraiment de concurrence dans la région, puisque chaque camping a sa spécificité», confirme Roland Matti.

Exploitants des campings de La Neuveville et de La Cibourg évoquent aussi la publicité et la visibilité que l’association leur apporte, notamment à Travers ses nombreux partenaires. «Pour l’instant, notre site est encore partiellement en construction. Mais l’année prochaine, quand les travaux seront terminés, nous rejoindrons également Swisscamps», conclut-on du côté du camping du Château, à Tramelan.

swisscamps, la référence

L’association des campings suisses, composée de 182 membres établis dans toute la Suisse, publie annuellement, dans un catalogue et sur son site internet, les évaluations des campings membres de l’association. Elle s’appuie sur un nombre important d’associations parallèles ou locales, notamment le TCS.

Tous les cinq ans, les sites sont inspectés et notés sur une durée de quatre jours. Leurs caractéristiques sont répertoriées dans les moindres détails: altitude, possibilité de se restaurer, nombre de places, etc.

Les emplacements sont également classés par le nombre d’étoiles que l’association leur attribue, chiffre variant entre 1 (camping simple) et 5 (camping de première classe). L’objectif de l’association est multiple: conseiller les propriétaires, les mettre en contact, offrir une meilleure visibilité aux différents emplacements et permettre aux clients d’identifier facilement la place de camping répondant à leurs besoins.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top