10.11.2017, 00:01  

Café-concert sur les planches d’une sublime ancienne ferme

Abonnés
chargement
1/4  

 10.11.2017, 00:01   Café-concert sur les planches d’une sublime ancienne ferme

FRANCHES-MONTAGNES - Une nouvelle salle de spectacle aux Breuleux.

C’est une belle aventure culturelle qui commence. Derrière Chalery, à la sortie des Breuleux direction Le Cerneux-Veusil, Moana Gogniat-Roth et son compagnon Sébastien Nicolet ont inauguré le week-end dernier Les Planches, une salle de spectacle de 120 places assises (70 à table) dans la grange d’une ancienne ferme magnifiquement réaménagée.

«La charpente de 1860 est d’origine. Regardez, il n’y a...

C’est une belle aventure culturelle qui commence. Derrière Chalery, à la sortie des Breuleux direction Le Cerneux-Veusil, Moana Gogniat-Roth et son compagnon Sébastien Nicolet ont inauguré le week-end dernier Les Planches, une salle de spectacle de 120 places assises (70 à table) dans la grange d’une ancienne ferme magnifiquement réaménagée.

«La charpente de 1860 est d’origine. Regardez, il n’y a pas une vis, que des tenons», fait visiter Sébastien Nicolet. C’est dans cette ancienne grange qu’est aménagée la salle, avec une belle nouvelle galerie en bois, comme le reste. Au-dessus de l’arrière-scène, il y a même une loge, avec douche et toilettes, construite dans une ancienne chambre de valet de ferme. En bas, l’espace d’accueil a remplacé l’écurie.

Ni Moana Gogniat-Roth ni Sébastien Nicolet n’étaient prédestinés à devenir gérants d’un café-théâtre. Elle, décoratrice (et artiste-peintre), et lui, électricien, avaient flashé pour la partie habitation de la ferme. Le propriétaire, l’entrepreneur de Sonceboz François Vorpe, leur a fait part de son rêve: que ses locataires s’associent au projet de salle et la gère, raconte Moana Gogniat-Roth.

Vieilles fermes et culture

«Comme nous avions la chance d’avoir pour interlocuteur un homme qui adore à la fois les vieilles fermes et la culture, qui nous offrait des conditions remarquables, nous nous sommes enthousiasmés», commente Sébastien Nicolet. Le couple a créé une association pour faire vivre cette nouvelle salle de spectacle. D’un côté, elle sera louée pour des événements privés: anniversaire, mariage, séminaires. «Mais, de l’autre nous aimerions garder une bonne marge pour de la culture. Et pour que ce volet vive, l’association est à la recherche de sponsors», explique Moana Gogniat-Roth.

Culture? Les gérants souhaitent toucher un public varié et de tout âge, en présentant des spectacles de danse, de théâtre, de Musique ou de magie, comme des ateliers. «Nous aurons des chorales, comme des artistes de la région et d’au-delà dans tous les registres», dit Sébastien Nicolet. Un vœu du propriétaire qui sera respecté: pas de soirée religieuse, ni politique et pas de strip-tease!

Le café-concert Les Planches a déjà démarré, pour un tour de rodage. En octobre, il y a eu un atelier de percussions avec Jean-Marc Roth, un concert jazz-funk des Bretons d’Attention au chien, l’apéro-concert d’Ad’Line, guitariste et chanteuse au chapeau de Belfort (rencontrée au coin de la rue et qui a enthousiasmé les gérants), une expo de Cédric Boegli. La soirée d’inauguration du week-end dernier était couronnée par les guitares «Célestine» du luthier Claude Bourquard (Saint-Brais) et le Serge Band franc-montagnard.

Six ou huit dates cet hiver

«Nous avons beaucoup de demandes de location et, parallèlement, nous préparons le début de saison 2018, avec six ou huit dates d’ici le printemps», note Moana Gogniat-Roth. D’ici là, on peut déjà monter sur Les Planches avec la chanteuse afro-américaine de Neuchâtel Tiza Brown (le 18 novembre) et déguster une soirée antillaise avec initiation au zouk et menu planteur préparé par le restaurant La Croix-Fédérale à Muriaux (le 2 décembre). Une soirée de Nouvel An affiche d’ores et déjà complet.

«Nous ne sommes pas un restaurant», glissent les gérants. Pour les soirées spéciales, ils s’arrangent avec des traiteurs, dont le premier, Fernand Sauser, a ses abattoirs juste en face des Planches...

Concurrence?

Les Planches ne s’inscrivent en concurrence ni avec Le Soleil de Saignelégier, ni avec le Royal de Tavannes. «Nous voulons faire quelque chose de différent, dans un registre populaire», disent les gérants. Dans le village des Breuleux même, Les Planches complètent l’offre culturelle du cinéma et de salle polyvalente. Le cadre en plus...


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top