13.08.2017, 17:20  

Six élèves neuchâtelois parlent de la rentrée

Abonnés
chargement
1/6  

 11.08.2017, 18:41   Six élèves neuchâtelois parlent de la rentrée

Ecole Ce lundi 14 août, les élèves de l'école obligatoire reprennent le chemin de l'école. Avec joie? Crainte? On a demandé à six enfants du canton de nous raconter comment ils ressentent la rentrée.

Qu’est-ce qui passe par la tête de nos bambins à l’heure de reprendre le chemin du collège? D’un bout à l’autre du canton, alors que les préparatifs allaient bon train, les enfants nous révèlent ce qu’ils ont dans la tête et dans le sac pour affronter la rentrée. 

ROSE 6 ans, 3e année, collège des Parcs, Neuchâtel

Qu’est-ce qui passe par la tête de nos bambins à l’heure de reprendre le chemin du collège? D’un bout à l’autre du canton, alors que les préparatifs allaient bon train, les enfants nous révèlent ce qu’ils ont dans la tête et dans le sac pour affronter la rentrée. 

ROSE 6 ans, 3e année, collège des Parcs, Neuchâtel
«En 3e, il y aura moins de jeux et plus de travail»

«Je me réjouis moyen d’aller à l’école car je ne pourrais plus jouer!» Mais Rose, tu auras pleine de temps pour jouer... «Non, je ne pourrais plus m’amuser en classe. Il y aura moins de jeux et plus de travail! Et on n’aura plus qu’une classe.»

Ah bon? C’est qu’en 1ère et 2e, sa classe était divisée en deux parties avec notamment un espace pour jouer où elle adorait aller «colorier après avoir fini mon travail.»

Mais Rose l’espiègle, un vrai clown devant l’objectif du photographe, est toute contente d’apprendre à écrire. «Je sais déjà faire mon nom. Je lis un tout petit peu, et je compte... 3 + 3, ça fait 6.  7 + 2, 9». Bravo, le compte est bon! Elle raconte aussi avoir une très bonne copine.

En fait, elle n’habite que depuis six mois à Neuchâtel. Avant, elle allait à l’école à Auvernier, dans un collège plus petit. Ce qu’elle préfère à l’école, c’est la gym et bricoler.
SWI / Photo: David Marchon.

VICTOR 6 ans, 3e année, collège des Guches, Peseux
«Je me réjouis d’apprendre une autre langue»

Victor déchiffre des mots sur les affiches ou dans les BD qu’il trouve à la maison, grâce à ses deux grandes sœurs qui lui ont apris les rudiments de la lecture. Du coup, il se réjouis beaucoup de recomencer l’école. Il ira aux Guches à pied, à 15 minutes de chez lui.

Que va-t-il apprendre? «Je ne sais pas encore... Lire, surement, écrire. Je me réjouis d’apprendre une autre langue. Par exemple, l’anglais, si on allait une fois en Angleterre, je pourrais parler aux gens».

Il n’est pas contre la perspective de passer un tout petit peu plus de temps à l’école, désormais: «si mes parents travaillent après l’école, je vais dans une structure d’accueil. On fait des jeux, on joue dehors, mais parfois aussi, on s’ennuie...»
LOÉ / Photo: David Marchon.

NEVEN ET NORA 11 ans tous les deux, 8e année, collège Jean-Jacques-Rousseau, Fleurier
«On change de village. On ne sera que des 8e au collège»

Nora et Neven ont toujours été dans la même classe. A Travers, à Couvet et désormais à Fleurier. Chouette? «Ca dépend», lâche Nora «mais on n’aimerait pas être séparés». «Surtout pas au camp de ski», précise Neven.

Si tous deux aiment évidemment les vacances, ils se réjouissent de retourner à l’école pour les copains. Avec toutefois une pointe d’appréhension «car on va changer de village. On sera dans un collège où il y aura que des 8e et je trouve le bâtiment déprimant». Elle dit bien «déprimant» Nora!

«Et il est plus grand que les précédents», ajoute son frère, «mais notre prof est super, on l’a déjà eu». Sa sœur avoue une pointe de stress pour lundi, Neven moins, bien qu’il s’inquiète pour la liste du matériel «qu’on n’a pas.» Mais comme les jumeaux semblent organisés et qu’ils se donnent des coups de main, tout va rouler.
SWI / Photo: David Marchon.

LORENZO 12 ans, 9e année, collège de Cescole, Colombier 
«Les copains, je les vois déjà au foot»

Vous pouvez tourner autour du pot, Lorenzo, 12 ans, ne va pas vous dire qu’il se réjouit de la rentrée juste pour vous faire plaisir. «Mes copains, je les vois au foot», lance-t-il simplement pour répondre à LA question de la rentrée.

Il a pas mal bouquiné aussi pendant l’été, et ne s’est pas ennuyé une seconde. S’il attendrait donc bien encore un peu pour retourner au travail, il envisage la rentrée sans inquiétude.

Ses bons résultats le mettent en situation de commencer le «cycle 3» au niveau 2 en français et en math. Déjà bilingue grâce à l’italien qu’il parle à la maison, il aime surtout les branches scientifiques. S’il ne semble pas trop savoir à quoi s’attendre en arrivant à Cescole, il a déjà une petite idée de ce à quoi celà pourrait lui servir... Plus tard, «j’aimerais devenir inventeur. Mais je ne sais pas encore de quoi».
LOÉ / Photo: David Marchon.

ANNIE 14 ans, 11e année, collège Numa-Droz, La Chaux-de-Fonds
«Pas de souci, à la 11e rentrée, on connaît»

En entrant en 11e année, Annie est dans le lot des élèves neuchâtelois qui auront vécu en pionniers les classes à niveaux. Est-elle dans les bons? «Ça va», répond-elle. A la fin de la 10e, elle était au niveau 2, le meilleur, dans les cinq branches. «Il a fallu bosser pour rattraper en allemand et en anglais», note-t-elle.

Pas de souci particulier pour cette grande rentrée. «C’est la 11e, alors on connaît», dit-elle. Le plaisir sera de retrouver les camarades d’école. Pas forcément de la même classe, puisque, comme elle le dit, celle-ci a «rexplosé» et qu’elle ne sait pas avec qui elle sera.

Annie se réjouit aussi de retrouver ses activités hors école, le chant qu’elle pratique en plus de la chorale Numa-Droz, et la natation. Pense-t-elle à la suite? «Sûrement le lycée pour commencer. Sur ce que je voudrais faire ensuite, je change encore pas mal d’idées.»
RON / Photo: Christian Galley.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !

À lire aussi...

Rentrée scolaireTrop courtes, les grandes vacances des Neuchâtelois?Trop courtes, les grandes vacances des Neuchâtelois?

PréventionRentrée scolaire: la police neuchâteloise appelle les conducteurs à la prudenceRentrée scolaire: la police neuchâteloise appelle les conducteurs à la prudence

ÉCOLE«Il y a eu une prise de conscience»«Il y a eu une prise de conscience»

EcolePrès de 20'000 élèves pour la rentrée de l'école obligatoire neuchâteloisePrès de 20'000 élèves pour la rentrée de l'école obligatoire neuchâteloise

Top